la photo pigmentaire ou gomme bichromatée….

Outre la prise de vue numérique et sa restitution moderne par imprimerie, ou tout simplement au travers d’un écran, j’utilise un ancien procédé découvert par M. Poitevin vers 1842 et amélioré par M. John Pouncy en 1858 pour représenter entre autre le mouvement.

Le mouvement fait partie du temps, quoi de plus jubilatoire pour un Photographe que de saisir un instant de mouvement et arriver à exprimer un sentiment ressenti.
Quoi de plus réjouissant que de Capter l’image photographique et la façonner, une certaine liberté d’interprétation créative.
D’y mêler intimement une technique moderne de prise de vue avec le travail de la main semblable au geste du peintre.
Donner ainsi toute sa dimension artistique ’une nouvelle « matérialité ».
C’est ce qu’offre le procédé de la photographie pigmentaire ou gomme bichromatée.

Il utilise les propriétés de durcissement par les ultra violets de la gomme arabique mélangée à du bichromate de potassium.
Les couleurs sont apportées par des pigments, des ocres ou des terres diverses, ce mélange subtil est déposé au pinceau en fines couches sur un support noble : le papier aquarelle.
La lumière traverse un négatif plaqué sur ce papier apprêté celui ci, réagit par alchimie.
Sensible aux ultras violets de la lumière, Il répond au modelé de l’image négative par un durcissement proportionnel de ses couches.
Un trempage dans de l’eau « libère » la photographie.
Les excès de gomme et de colorant non durcis se dissolvent
. Il ne reste sur le papier que la gomme et le colorant créant l’image avec un rendu incomparable propre aux photographies pigmentaires.

les photos

X